BOUDDHA ET NAISSANCE DU BOUDDHISME

siddharta gautama fondateur du bouddhisme

SIDDHARTA GAUTAMA fut le premier Bouddha marquant l’histoire du monde et le fondateur du bouddhisme.

Les récits suivants sur la vie de Bouddha sont tirés du livre de Guéshé Kelsang Gyatso: Introduction au bouddhisme

L’émergence de Bouddha et du bouddhisme

Le Bouddha fondateur de du bouddhisme est appelé Bouddha Shakyamuni. Bouddha Shakyamuni est né prince royal en 624 av. J.-C. dans un lieu appelé Lumbini, dans ce qui est maintenant le Népal. Sa mère s’appelait la reine Mayadevi et son père s’appelait le roi Shuddhodana.

Le rêve de la reine Mayadevi

Une nuit, la reine Mayadevi rêva qu’un éléphant blanc descendait du ciel et entra dans son ventre. L’éléphant blanc qui pénétrait dans son ventre indiquait que cette nuit-là même, elle avait conçu un enfant qui était un être pur et puissant. La descente de l’éléphant du ciel indiquait que son enfant venait du ciel de Tushita, la Terre Pure du Bouddha Maitreya.

rêve de la mère du fondateur du bouddhisme

Plus tard, quand elle a donné naissance à l’enfant, au lieu d’éprouver de la douleur, la reine a expérimenté une vision spéciale et pure dans laquelle elle tenait la branche d’un arbre avec sa main droite pendant que les dieux Brahma et Indra prenaient l’enfant sans douleur de son côté. Ils ont ensuite procédé à la bénédiction du nourrisson en lui offrant des ablutions rituelles.

Un prince destiné à devenir roi

Quand le roi Shuddhodana vit l’enfant, il eut l’impression que tous ses désirs s’étaient réalisés et il nomma le jeune prince « Siddhartha ».

naissance de l'enfant bouddha et du bouddhisme

Il invita un voyant brahmane à faire des prédictions sur l’avenir du prince. Le voyant examina l’enfant avec sa clairvoyance et dit au roi : « Il y a des signes que le garçon pourrait devenir soit un roi chakravatin, soit un souverain du monde entier, soit un Bouddha pleinement éclairé. Cependant, le temps des rois chakravatins était révolu, il était par conséquent certain qu’il deviendrait un Bouddha, et que son influence bénéfique pénétrerait les mille millions de mondes comme les rayons du soleil. »

L’émergence de Bouddha et du bouddhisme

En grandissant, le jeune prince maîtrisait tous les arts et les sciences traditionnels sans avoir besoin d’aucune instruction. Il connaissait soixante-quatre langues différentes, chacune avec son propre alphabet, et il était également très habile en mathématiques. Un jour, il dit à son père qu’il pouvait compter tous les atomes du monde le temps qu’il fallait pour aspirer un seul souffle. Bien qu’il n’ait pas eu besoin d’étudier, il l’a fait pour plaire à son père. À la demande de son père, il rejoint une école où, en plus de diverses matières scolaires, il acquis des compétences dans les sports tels que les arts martiaux et le tir à l’arc. Le prince profitait de chaque occasion pour transmettre des significations spirituelles et encourager les autres à suivre des chemins spirituels. Un jour, alors qu’il participait à un concours de tir à l’arc, il déclara : « Avec l’arc de concentration méditative, je vais tirer la flèche de sagesse et tuer le tigre de l’ignorance chez les êtres vivants ». Il a ensuite lâché la flèche et elle a volé droit à travers cinq tigres de fer et sept arbres avant de disparaître dans la terre ! En assistant à de telles manifestations, des milliers de personnes ont développé leur foi envers le prince.

bouddha siddharta tir à l'arc

Témoins de la souffrance des êtres

Parfois, le prince Siddhartha se rendait dans la capitale du royaume de son père pour voir comment les gens vivaient. Au cours de ces visites, il entrait en contact avec de nombreuses personnes âgées et malades, et à une occasion, il vit un cadavre. Ces rencontres l’ont profondément marqué et l’ont amené à réaliser que tous les êtres vivants, sans exception, doivent vivre les souffrances de la naissance, de la maladie, du vieillissement et de la mort. Parce qu’il connaissait les lois de la réincarnation, il s’est également rendu compte qu’ils vivaient ces souffrances dans cette vie, mais encore et encore, et ceci vie après vie. Voyant comment tous les êtres vivants sont piégés dans ce cercle vicieux de souffrance, il ressentit une profonde compassion pour eux et a développé un désir sincère de les libérer tous de cette souffrance. Réalisant que seul un Bouddha pleinement éclairé a la sagesse et le pouvoir d’aider tous les êtres vivants de cette façon, il décida de quitter le palais et de se retirer dans la solitude de la forêt où il allait s’engager dans une profonde méditation jusqu’à ce qu’il atteigne l’illumination.

Le mariage du prince Siddhartha

Quand le peuple du royaume Shakya apprit que le prince avait l’intention de quitter le palais, il demanda au roi d’arranger un mariage dans l’espoir de le faire changer d’avis. Le roi accepta et lui trouva rapidement une épouse de son rang, la fille d’une famille Shakya respectée, appelée Yasodhara.

mariage prince siddharta

Le prince Siddhartha, cependant, n’avait aucun intérêt pour les plaisirs matérialistes parce qu’il pensait qu’elles sont comme des fleurs venimeuses, d’apparence séduisante mais souvent source une grande douleur. Sa décision de quitter le palais et d’atteindre l’illumination resta inchangée, mais pour satisfaire les souhaits de son père et pour rassurer temporairement le peuple Shakya, il accepta d’épouser Yasodhara. Cependant, même s’il resta au palais en tant que prince royal, il consacra tout son temps et son énergie à servir le peuple Shakya de toutes les manières possibles.

Bouddha Conquérant: le futur pilier du bouddhisme

Quand il eut 29 ans, le prince eut une vision dans laquelle tous les Bouddhas des dix directions lui apparurent en lui disant : « Auparavant, tu t’étais résolu à devenir un Bouddha Conquérant afin de pouvoir aider tous les êtres vivants pris dans le cycle de la souffrance. C’est le moment pour toi d’accomplir cette mission. » Le prince alla immédiatement voir ses parents et leur fit part de son intention : « Je souhaite me retirer dans un endroit paisible dans la forêt où je peux m’engager dans une méditation profonde et atteindre rapidement la pleine illumination.

Le prince Siddhartha dit à son père : « Père, si tu peux me libérer définitivement des souffrances de la naissance, de la maladie, du vieillissement et de la mort, je resterai dans le palais. Mais si tu ne peux pas, je dois partir et rendre ma vie humaine significative. »
« Quand le moment sera venu où j’atteindrai l’illumination, je répandrai la bonté de tous les êtres. Surtout celle que vous m’avez donnée. Je vous demande donc la permission de quitter le palais. » Lorsque ses parents l’apprirent, ils furent choqués, et le roi refusa d’accorder sa permission.

L’évasion du prince Siddhartha

Le roi essaya par tous les moyens d’empêcher Siddharta de quitter le palais. Dans l’espoir que le prince puisse changer d’avis, il l’entourait d’une suite de belles femmes, de danseuses, de chanteuses et de musiciens qui, jour et nuit, utilisaient leurs charmes pour lui faire plaisir. Et au cas où le prince tenterait une évasion, il plaçait des gardes sur les murs du palais. Cependant, la détermination du prince à quitter le palais et à entrer dans une vie de méditation ne pouvait être ébranlée. Un soir, il utilisa ses pouvoirs extraordinaires pour mettre les gardes dans un profond sommeil et il s’échappa accompagné d’un ami de confiance. Après qu’ils eurent parcouru environ six milles, le prince descendit de son cheval et fit ses adieux à son ami. Il se coupa les cheveux et les jeta dans le ciel, où ils furent pris par les dieux du pays des Trente-trois Cieux. L’un des dieux offrit alors au prince la robe safran d’un mendiant religieux. Le prince les accepta et donna ses vêtements royaux au dieu en échange. C’est ainsi qu’il a été ordonné moine.

siddharta cheval coupe cheveux et devient moine pour créer le bouddhisme

Un lieu propice à la méditation

Siddhartha s’est ensuite rendu dans un endroit près de Bodh Gaya en Inde, où il a trouvé un lieu propice à la méditation. Il y resta, mettant l’accent sur une méditation appelée  » concentration spatiale sur le Dharmakaya « , dans laquelle il se concentrait sur la nature ultime de tous les phénomènes, en un seul point. Après s’être entraîné à cette méditation pendant six ans, il s’est rendu compte qu’il était sur le point d’atteindre la pleine illumination, et il s’est donc rendu à Bodh Gaya où, le jour de la pleine lune du quatrième mois du calendrier lunaire, il s’est assis sous l’arbre Bodhi dans la position méditative et a promis de ne plus se lever avant la pleine illumination. Avec cette détermination, il entra dans la concentration spatiale sur le Dharmakaya.

Les démons voulaient empêcher la naissance du bouddhisme

Au crépuscule, Devaputra Mara, le chef de tous les démons, ou maras, de ce monde, essaya de perturber la concentration de Siddhartha en réalisant de nombreuses apparitions. Il a manifesté des armées de démons terrifiants, certains lançant des lances, certains tirant des flèches, d’autres essayant de le brûler avec du feu, et certains lui lançant des rochers et même des montagnes.

Les démons voulaient empêcher la naissance du bouddhisme

Par l’unique force de sa concentration, les armes, les rochers et les montagnes apparurent comme une pluie de fleurs, et les feux déchaînés devinrent comme des halos de lumières arc-en-ciel.

Voyant que Siddhartha n’abandonnait pas sa méditation, Devaputra Mara essaya plutôt de le distraire en manifestant d’innombrables belles femmes, mais Siddhartha répondit en développant une concentration plus profonde. C’est ainsi qu’il triompha de tous les démons de ce monde, ce qui lui valut le surnom de « Bouddha Conquérant ».

L’illumination de bouddha, le point départ du bouddhisme

Siddhartha continua alors sa méditation jusqu’à l’aube, où il atteignit la concentration de type varia. Avec cette concentration, qui est le tout dernier mental d’un être limité, il enleva les derniers voiles de l’ignorance de son mental et devint dans l’instant suivant un Bouddha, un être pleinement éclairé.

C’est à partir de cette instant, que naquit le Bouddhisme.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *